Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 20:36

Comme une odeur de soufre

La femme asservie, bafouée, maltraitée, mutilée par le mari, le père ou le propriétaire. La perversion masculine réunie en un seul personnage : un révérend d'origine néerlandaise ravagé par la vertu qui tue au pays du Far West. Guy Pearce est un effroyable psychopathe, prédicateur prédateur qui jette son dévolu sur une sage-femme muette tenace. Dakota Fanning représente la fille, l'épouse, la mère flouée vouée à s’échapper de cette emprise forcée de l'injustice du mâle. 
Au nom de Dieu, la religion chrétienne est faite par les hommes et pour les hommes. La femme n'a pas sa place. Avec un regard malsain et nauséeux, le film (interdit au moins de 16 ans) délivre son message féministe et anticlérical. Il vous met les tripes à l'air et vous les enroule autour du cou. Son style manichéen et lourdement démonstratif est difficile à soutenir, mais il s'appuie sur un habile et malin scénario découpé en quatre chapitres qui apportent son lot d'innommables surprises. Au western et au thriller qui s'entremêle ; le premier a le mérite de donner la parole toujours coupée aux prostitués des maisons closes, et le second donne une leçon émérite d'efficacité dans le suspens. 
La traque est longue, mais la fuite de la femme avance. Et sa destinée n'a pas fini de s'émanciper.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires