Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 18:29

Franchir la frontière.

 

Western et horreur. Innovante recette très tentante qui peut facilement tomber à plat ou pas. Pour que ces deux ingrédients se marient harmonieusement, un respect des codes du genre savamment dosé est à souhaiter.

D'abord, il faut entrer dans le vif du sujet.

En scène d'ouverture, deux rôdeurs, après avoir égorgé leurs victimes dans une contrée isolée, se font à leur tour agresser par des sauvages difficilement identifiables. L'un des deux parvient à s'échapper et trouve refuge dans une petite bourgade.

Puis, il faut laisser reposer et prendre son temps pour présenter les principaux personnages.

Il y a le tueur d'Indiens aguerri à la gâchette facile. Le shérif malin et expérimenté. Son vieil adjoint bavard et attachant comme dans RIO BRAVO. Et le romantique blessé qui veut retrouver la femme de sa vie. Car les sauvages se sont introduits en ville durant la nuit et l'ont kidnappée pour l'emmener quelque part entre le Texas et le Nouveau-Mexique.

Comme dans LA PRISONNIERE DU DÉSERT, nos quatre personnages, archétype du western classique, vont donc se lancer dans cette expédition de sauvetage. Sauf qu'ici les sauvages ne sont pas des Indiens, mais d'obscurs et terrifiants troglodytes pratiquant le cannibalisme.

Nous sommes conviés à assister à un voyage au bout de l'enfer au rythme d'une chevauchée avortée lorsque nos héros se font voler leurs chevaux. Démarche ralentie pour mieux connaitre ces personnages bien écrits et avoir peur pour leur vie quand ils arriveront au pays de l'horreur. Quand ils franchiront la frontière d'un genre qui n'est pas le leur.

La mise en scène soignée sans grande originalité se met humblement au service de son sujet. Quand les troglodytes apparaissent brusquement, ils n'en sont que plus terrifiants. Un peu à l'image de L'HOMME SAUVAGE de Robert Mulligan, où l'Indien était insaisissable et imparable, les cannibales possèdent une bestialité fantastique qui détone dans l'univers de ce western interdit aux moins de 16 ans.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
j'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog.
Répondre
A
beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir
Répondre
B
Merci pour votre commentaire sympa. Vous qui aimez les voyages oniriques vous pouvez prolonger ce plaisir de me lire avec Abélard dans sa tour d'ivoire chez BOD ou si vous avez des enfants n'hésitez pas à déguster Les histoires de papa.